Madrasa al-‘Ajamîya/al-Sukkar (766/1365)

 

 

 

Localisation : sur la rive gauche du nahr Abû ‘Alî, dans une ruelle en escalier menant du sûq al-‘Attârîn à la citadelle Saint Gilles (plan n°35).

 

 

Réf :

Meinecke (1992), 22/19

Salam-Liebich (1983), p.142-144

 

RCEA 766005

Sobernheim (1909), n°50

 

 

 

Historique

 

L’édifice possède deux inscriptions, une sourate (Coran LV, 51-55) et un texte de fondation mentionnant le commanditaire Muhammad al-Sukkar qui a fait construire la madrasa en 766/1365. Il n’a pas été inhumé dans son tombeau à Tripoli, car il est probablement décédé en Egypte. Le nom al-‘Ajamîya vient du fait qu’une personne originaire d’Iran a été inhumée dans ce tombeau.

 

 

 

Epigraphie

 

766/1365. Inscription de fondation du tombeau, 2 lignes sur le linteau de la porte[1] (ill.2).

« (1) A ordonné la construction de ce mausolée béni le pieux serviteur (2) Muhammad dit le sucre, qu’Allâh lui pardonne ! Et (la construction) a été achevée au commencement du mois de ramadan de l’année 766  (22 mai 1365) ».

 

 

n.d. Inscription sur le linteau de la fenêtre sur rue (ill.4).

Coran LV, 51-55

 

 

 

Biblio complémentaire :

Saliba (1994)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ entrée de la madrasa

2/ inscription de fondation sur l’entrée

3/ fenêtres côté rue

4/ inscription du Coran sur la fenêtre côté rue

 

 

 

 

 

 

 

Menu précédent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] Texte d’après Sobernheim (1909), n°50.