Hammam et tombeau ‘Izz al-Dîn al-Mawsilî (698/1298)

 

 

 

Localisation : rive gauche du nahr Abû ‘Alî, quartier Bâb al-Hadîd  (plan n°11).

 

 

Réf :

Berchem/Fatio (1913)

Meinecke (1992), 11/16, 11/17

Salam-Liebich (1983), p.189-194, 197-199

 

Mayer (1933), p.83

RCEA 5065

Sobernheim (1909), n°37

 

 

 

Historique

 

C’est le premier hammam élevé à Tripoli après la conquête de la ville en 689/1289, il est l’œuvre du gouverneur ‘Izz al-Dîn Aibak al-Mawsilî (en fonction de 694/1294 à 698/1298). Le hammam conserve de nombreux vestiges d’architecture chrétienne dont la porte ouest et son linteau orné d’un agneau et de deux coquilles, on trouve aussi deux inscriptions latines ‘Ecce Agn. Dei’ et ‘CSC IACOBUS’. Ces vestiges sont peut-être ceux de l’édifice antérieur qui abritait un hospice pour les pèlerins chrétiens (ill.2, 3).

Un tombeau attenant au hammam abrite la tombe du gouverneur, identifié par l’inscription et le blason gravés sur le linteau de la fenêtre grillagée sud. On remarque cependant que le tombeau ne communique pas avec le hammam et apparaît comme un édifice indépendant (ill.1).

 

 

 

Epigraphie

 

698/1298. Epitaphe de ‘Izz al-Dîn Aibak, 4 lignes sur la fenêtre sud du tombeau[1] (ill.5).

« (1) Au nom d’Allâh. Ceci est le mausolée du pieux (2) Aibak, fils de ‘Abdallâh, de Mosûl, gouverneur du sultanat royal (3) dans les conquêtes bien gardées, qu’Allâh ait pitié de lui, qui est mort le 5 (4) du mois de safar de l’année 698 (12 novembre 1298) de l’hégire du Prophète ».

 

 

 

Biblio complémentaire :

Bulardello (1998)

Piana (2010), p.307-355

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ coupe et plan du hammam

2/ portail ouest

3/ décor du portail ouest

4/ fenêtre sud du tombeau avec inscription

 

5/ texte funéraire sur la fenêtre sud

 

 

 

 

 

Menu précédent

 

 

 

 

 



[1] Texte d’après Sobernheim (1909), n°37.