Citadelle/Qal’at (666/1267)

 

 

 

Localisation : sur la colline actuellement nommée parc HaMetsuda.

 

 

 

Réf :

Conder/Kitchener, Galilée (1881), p.248-250

Damati (1990)

Damati (1991)

Guérin, III, (1880)

Meinecke (1992), 4/90, 42/93, 4/107

Rey (1871)

 

RCEA 4589

 

 

 

Historique

 

La forteresse de Safed repose sur un piton rocheux d’environ 800m d’altitude surplombant le lac de Tibériade au sud. Cette position stratégique protégeait 2 axes principaux : un axe nord-sud remontant la vallée du Jourdain et un axe est-ouest reliant Damas à Acre.

Une première fortification est semble-t-il mentionnée vers 495/1001-02. Ce site est propriété des Templiers en 1168 et le reste jusqu’en 1188, date de sa conquête par Saladin. Vers 1218-1220, le sultan Ayyûbide al-Mu’azzâm ‘Isa démantèle la forteresse. En 1240, les Francs récupèrent le site et les Templiers entament des travaux de restaurations[1]. En 664/1266, le sultan Baybars fait le siège de la forteresse et la prend le 18 shawwal 664/23.VII.1266. Il fait de Safed une capitale régionale et l’organise en sorte[2].

 

A l’occasion d’une visite du sultan Baybars vers le 24 rajab 665/19.IV.1267, des travaux de restaurations sont projetés, ils commencent à partir de safar 666/22.X-19.XI.1267 sous la conduite de l’émir Saif al-Dîn al-Zainî, ils sont encore en cours lors de la seconde visite du sultan le 12 rajab 666/28.III.1268. Ces travaux concernent le renforcement des fortifications et la construction d’une grande installation hydraulique, d’un bain, et d’une tour logement. La chapelle est aussi transformée en mosquée.

Lors d’une tournée d’inspection des fortifications à la fin de la période Mamluk, le sultan al-Ashraf Qaitbây ordonne à partir du 13 ramadan 882/19.XII.1477, la restauration et le renforcement du château ainsi que la réactivation de l’approvisionnement en eau.

Par la suite, le site gardera sa vocation militaire jusqu’au début du 19e siècle. En 1837 un séisme endommage sévèrement le site qui est abandonné et servira de carrière pour la ville. Le site a été visité par le baron E.G. Rey en 1863, Victor Guérin en 1875 puis par Conder et Kitchener la même année dans le cadre de leur inventaire. La forteresse fait l’objet d’un programme de fouilles commencé en 2001.

Ces fouilles localisées sur la partie sud-ouest de la forteresse ont mis à jour une tour-porte avec rampe d’accès, des latrines, et une grosse tour (10m de diamètre) avec une citerne à sa base. Ces éléments correspondraient aux travaux réalisés par Baybars.

 

 

 

Epigraphie

 

666/1267 ?.Texte de restauration[3].

 « xxx cette citadelle a été refaite, fortifiée, achevée, embellie, après qu’il l’eut délivrée des mains des Francs maudits et remise au pouvoir des musulmans, qu’il l’eut transportée du domaine des Templiers à celui des vrais croyants, qu’il eut fait revenir à son état primitif, à la foi véritable, ayant ainsi causé aux infidèles une perte et un chagrin bien sensible, et, par suite, de ses efforts, de ses combats, substitué la vraie religion à l’erreur, la proclamation de la prière au son des cloches, le Coran à l’Evangile, présidant en personne aux travaux, au point que lui-même et ses courtisans ont portés sur leurs têtes la terre et les pierres des fossés, par ordre du sultan al-Malik al-Zâhir Abul-Fath Baybars. Que tout prince de l’Islam qui possédera cette citadelle, que tout champion de la foi qui l’habitera, lui accorde la part de récompense qui lui est due, et ne manque pas d’implorer pour lui, en secret comme en public, la miséricorde divine ! car chacun disait ‘puisse Dieu relever cette citadelle’, après avoir dit ‘puisse Dieu en hâter la prise’ xxx ».

 

 

 

Biblio complémentaire

Pringle (1995), p.139-149

Pringle (1997), p.91-92

Damati (2000)

Petersen (2001), n°119

Barbé/Damati (2004), p.77-95

Barbé/Damati (2005)

Dotti (2007), n°11

Raphael (2010), p.146-155

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ plan de la citadelle vers 1875 d’après le Survey of Western Palestine

2/ plan des fouilles au sud-ouest de la citadelle

3/ vue des vestiges au sud-ouest avec la rampe d’accès, depuis le nord

4/ vue des vestiges au sud-ouest

 

 

 

 

 

 

 

5/ vue des vestiges au sud-ouest

6/ la salle de l’entrée coudée depuis le nord

7/ vue des vestiges au sud-ouest

8/ les vestiges de l’entrée depuis la citadelle

 

 

 

Documents anciens, récits

 

Conder/Kitchener (1881), p.248-250.

This was originally a Crusading castle, but of that there remains but little. Vaults and entrances to cisterns still show Crusading work, but the principal remains are those of the castle that Dhaher el 'Amr built here at the time that he defied the Turkish Government, and governed this part of the country by force. Excavation might show Crusading remains hidden beneath the modern ruins. A vault that runs in a circular direction round the top of the castle shows good Crusading masonry. Some of the stones are 6' 5" long by 2’ 5" wide. They are well fitted together with cement, and the round arch is built on a curve, as shown by the plan. The stones have a slight draft, varying from 1 1/2 to 2" wide. They are hammer-dressed nearly on a level with the draft. Underneath this there are large vaults,at present inaccessible. This was probably the citadel of the castle. To the southeast there is the entrance to large cisterns. This is also built of large stones ; it is probably of Crusading work. The rest of the remains of the castle are of small rubble masonry faced with well-dressed stones of small size, and are the work of Dhaher el 'Amr.

The castle of Safed is rarely mentioned in Crusading history. It was probably built by King Fulke about 1140. It is mentioned by William of Tyre as the place to which King Baldwin III.fled after his defeat in 1157 a.d. The defence of the castle appears to have been entrusted to the Knights Templars, who claimed all the country west of it.

After the battle of Hattin, in October of 1188, Saladin took Safed. It is then described as a strong castle.

In 1220 el Melek el Mu'adhdhem caused Safed to be destroyed, for fear of the Christians getting possession of it.

In 1240 it was given up to the Christians after the treaty with the Sultan Ism'ail of Damascus, when Kul'at esh Shukif and Tiberias were also surrendered. The Templars rebuilt the castle owing to the efforts of Benedict Bishop of Marseilles. He laid the foundation-stone, and saw it completed in 1260. In 1266 it was taken by el Melek ed Dhaher Bibars, after he had failed to obtain possession of Montfort. It was strengthened by Bibars. The castle was much destroyed by an earthquake in 1759.

 

 

 

Menu précédent

 

 

 



[1] Sur cette période, cf Barbé E, La château de Safed et son territoire à l’époque des Croisades, Thèse à l’Université Hébraïque de Jérusalem, 2010. Sur la reconstruction du site par les Templiers, cf De constructione castri Saphet, traduction et édition : Huygens, R.B.C, Construction et fonctions d’un château fort franc en Terre Sainte, Oxford, 1981. Sur les parties franques fouillées depuis 2001, cf Barbé/Damati (2006).

[2] Sur l’organisation de Safed comme capitale, cf Drory (2004), p.163-191.

[3] Texte d’après RCEA 4589.