Décrets et inscriptions Mamluk de la vieille ville

 

 

 

Localisation : décrets et inscriptions isolés répartis dans la vieille ville.

 

 

Réf :

Van Berchem (1922), n°73, 90, 93, 100, 101, 107, 108

 

 

 

Epigraphie

 

714/1314. A l’angle de Tariq Bab al-Silsila et darajat al-Tabûna, dalle, (44x35) 4 lignes (ill.1, 2)[1].

« Ces boutiques, fondées par Najm al-Dîn ‘Umar, le Hanbalite, en faveur des pauvres et des indigents, ont été constuites par notre maître le juge, l’imam Shams al-Dîn, fils du juge Jalâl al-Dîn, qu’Allâh fasse durer ses jours ! en l’année 714 (1314) ».

 

 

798/1395. Au croîsement de la rue al-Ward et tariq Bâb al-Hadîd, dalle (132x38) 2 lignes (ill.3, 4)[2].

« Voici le mausolée du défunt Altinbughâ al-Mu’allîm (mamluk) de Saif (al-Dîn) al-Malîk al-Zâhir (Barqûq surnommé) le guerrier, le combattant, qu’Allâh le couvre de sa miséricorde ! il est décédé l’année 798 (1395) ».

 

 

854/1450. Couvent Arménien St Jacques, décret 6 lignes (50x60) et 4 lignes (92x45), au dessus de l'entrée, copie face à l'entrée, (B6.1, ill.5-7)[3].

« A été promulgué l’ordre de notre maître le sultan al-Malik al-Zâhir Abû Sa’ïd Muhammad Jaqmaq – que sa victoire soit glorieuse ! – d’abolir le droit de caution récemment établi, par Abû’l-Khair, fils d’al-Nahhâs, sur Saint Jacques, le couvent des Arméniens à Jérusalem, sur la proposition ( ?) de Saif al-Dîn à Son Excellence Sharaf al-Dîn al-‘Ansarî. Il a demandé la suppression de cet (impôt), afin que (cette bone œuvre) soit inscrite dans les fastes royaux. A la date de (l’année) 854 de la sainte hégire (1450-51). Maudit, fils de maudit soit, et que sur lui retombe la malédiction d’Allâh, celui qui rétablira un impôt ou qui renouvellera une injustice ! ».

 

Biblio: Bourjekian (2013), p.239-251

 

 

902/1497. Place Bâb al-Silsila, à gauche de Bâb al-Sakina décret 3 lignes sur le tombeau al-Khalîlî[4].

« A décrété le sultan, le maître, al-Malik al-Nâsir Muhammad Abû’l-Sa’adât, fils de Qaytbay, que sa victoire soit glorieuse ! – qu’on abolira les taxes imposées récemment aux bouchers en gros et en détail à Jérusalem, telles que les himâyât, les rimâyât et les (autres) injustices, et qu’ils vendront (dorénavant) la viande au juste prix, et qu’on ne leur prendra pas de viande autrement qu’au prix fixe. A la date du jour béni du 6 du mois de dhu’l-qa’da le sacré des mois de l’année 902 (6.VII.1497) ».

 

 

919/1513. Saint Sépulcre, décret 10 lignes, autrefois à gauche de la porte, façade est du clocher (C4.5)[5].

« Il a été décrété par ordre royal et auguste de notre maître le sultan al-Malik al-Ashraf Saif (al-dunya wal-dîn) – qu’Allâh le rende auguste et royal, et qu’il en assure l’exécution pleine et entière ! – que la communauté des religieux chrétiens et des religieuses melchites et jacobites, ne seront soumis contre leur gré à aucun impôt, ni péage, ni mesure vexatoire à leur entrée au Saint Sépulcre de Jérusalem, de même les religieux géorgiens et abyssins, ni à leur entrée au port de Jaffa, ni dans la ville de Ghazza, ni à Ramleh de Lydda, soit les religieux et les religieuses susdites, arrivant par terre et par mer et par tout pays, pour le pèlerinage de Jérusalem, la juridiction sur ce point durant de tout temps, sans qu’on y ait apporté de modification ni introduit de changement arbitraire. Et l’on empêchera ceux qui voudraient leur causer un préjudice à cette occasion, ou dans leur cimetière, c'est-à-dire le lieu de leur sépulture ; et personne ne pourra s’attaquer à leurs morts ni à leurs gardiens. Et l’on dégrèvera les religieux et religieuses de la nation des Grecs et des Coptes de l’impôt dans les districts susdits, à l’ordinaire et à la fête (de Pâques), suivant l’usage observé à leur égard ; et l’on empêchera quiconque de les chicaner à ce sujet. Les présentes dispositions s’appuient sur les édits royaux précédents qui sont entre leurs mains, et l’édit royal d’(al-Malik) al-Ashraf qui est entre leurs mains et sur leur observation qu’ils sont des religieux, des protégés légaux et des gens sans ressources, et qu’ils possèdent des traités, des patentes et des édits royaux attestant ces faits en leur faveur. Et ils ont demandé que soit écrit ce décret royal relatif à toutes ces dispositions, et que l’énoncé en soit gravé sur une dalle de marbre qui serait scellé sur la porte du Saint Sépulcre, pour commémorer à perpétuité la justice de notre maître Sa Majesté royale – que sa victoire soit glorieuse ! – comme une faveur à leur égard, ensuite du rapport fait par Sophronius le prêtre, le religieux melchite, et présenté au gouvernement royal. En conséquence, ces ordonnances ont été décrétées en leur faveur, conformément à la requête présentée par les religieux et les religieuses, et revêtues de la signature royale, en vertu de l’ordre royal, qu’Allâh le rende auguste et respecté ! à la date du jour béni du 9 du mois de muharram sacré de l’année 919 (17.III.1513). Et louange à Allâh le seul (Dieu), qu’il bénisse le dernier venu des prophètes (Mahomet) ! ».

 

 

n.d. Angle SE du Maristan, décret 3 lignes (130x50)[6].

« ….. royale et gouverneur du royaume….. au marché (des Céréales), à Jérusalem ….. une injustice et une taxe (de vente ou d’octroi). Maudit, fils de maudit soit celui qui contreviendra à cet ordre ou qui amoindrira son effet légal ».

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ emplacement du décret daté 714/1314 sur le tarîq Bâb al-Silsila

2/ le décret daté 714/1314

 

 

 

 

 

 

3/ emplacement de l’inscription datée 798/1395, à l’angle de la rue al-Wad et du tarîq Bâb al-Hadîd

4/ l’inscription datée 798/1395

 

 

 

 

 

 

 

 

5/ l’entrée du couvent Arménien Saint Jacques

6/ le décret daté 854/1450 sur l’entrée du couvent

7/ copie du décret dans le couloir d’entrée du couvent

 

 

 

 

8/ copie du décret du Saint Sépulcre (plus en place).

Source : Van Berchem (1922)

 

 

 

Documents anciens, récits

 

 

 

Menu précédent

 

 

 



[1] Texte d’après Van Berchem (1922), n°73.

[2] Texte d’après Van Berchem (1922), n°93.

[3] Texte d’après Van Berchem (1922), n°100.

[4] Texte d’après Van Berchem (1922), n°107.

[5] Texte d’après Van Berchem (1922), n°108.

[6] Texte d’après Van Berchem (1922), n°90.