Maqâm Sidna ‘Alî (886/1482)

 

 

 

Localisation : sur le front de mer au nord de Herzlîya, au niveau de la rue Yigael Yadin et au sud du site d’Apollonia/Arsûf.

 

 

 

Réf :

Meinecke (1992), 42/134

Mayer (1950), p.36-39

 

 

 

Historique

 

L’édifice est un maqâm dédié à ‘Alî ibn ‘Alîm (m. 474/1081), il renferme sa tombe (darîh). A l’origine, la tombe est recouverte par un cénotaphe (peut être un turba).

En 666/1265, le sultan Baybars fait la conquête de la ville voisine d’Arsûf[1], il visite la tombe de ‘Alî ibn ‘Alîm et la restaure. Il l’équipe aussi d’un waqf et construit une zawîya.

A partir de 886/1482, l’édifice est restauré par Shams al-Dîn Abû’l-‘Awn Muhammad al-Ghazî[2]. Celui-ci recouvre la tombe de marbre, fait creuser un puits dans la cour, et élève une tour sur l’iwân (achevée en 890/1485). Il organise aussi le site pour recevoir des pélerins.

Le site sera agrandi sous les Ottomans.

L’actuel minaret est une reconstruction (ill.8, 12), il s’est écroulé 2 fois en 1917 et dans les années 1990. Aujourd’hui le site est en travaux.

 

 

 

Epigraphie

 

 

 

 

Biblio complémentaire

Petersen (2001), n°49

Taragan (2004), p.83-102

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ plan du maqâm

2/ vue depuis le sud

3/ façade sud

4/ vue depuis l’ouest

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5/ vue depuis le nord-est

6/ façade nord avec l’entrée

7/ façade nord

8/ l’entrée du maqâm surmontée du minaret

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9/ l’actuelle entrée du maqâm

10/ partie nord-est

11/ l’angle nord-est avec le mihrâb

12/ le minaret à l’angle nord-est (restitution)

 

 

 

 

 

 

 

13/ vue depuis l’est

14/ façade est

15/ vue depuis l’est

16/ façade est avec l’ancien accès du maqâm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17/ l’ancien accès du maqâm

18/ l’angle sud-est

19/ vue depuis le sud-est

20/ vue du maqâm depuis le nord, aux environs du site d’Arsûf

 

 

 

Documents anciens, récits

 

 

 

Menu précédent

 

 

 



[1] Sur la conquête d’Arsûf, cf

[2] Il est mentionné par Mujîr al-Dîn comme étant un membre de l’ordre sûfî al-Qadarîya. Il meurt en 910/1504, on lui doit aussi un tombeau à Ramla et une mosquée à Jaljulîya.