Haram al-Khalil/Tombeau des Patriarches

 

 

 

Localisation : à l’est de la vieille ville.

 

 

Réf :

Meinecke (1992), 4/124, 4/125, 7/39, 9B/5, 9C/275, 25B/29, 37/7

Pierotti (1869b)

Vincent/Mackay/Abel (1923) 

 

Jaussen (1925), n°2, 3, 4, 8, 28

Mayer (1933), p.197

RCEA 4876, 4877, 5079, 796001

Sharon (2013), n°13, 14, 15, 16, 17, 21, 22, 32, 39, 40, 41, 46, 47, 48, 50, 51, 52, 56, 58, 59

 

 

 

Historique

 

Le site du Tombeau des Patriarches est un ensemble architectural construit en plusieurs phases parmi lesquelles la construction de l'enceinte par l'empereur romain Hérode (37-4 BC), et l'église à l'intérieur qui est transformée en mosquée. Les premières fouilles et relevés de l'édifice n'ont lieu seulement qu'en 1920[1].

Le complexe est rénové sur l’ordre du sultan al-Zâhir Baybars en safar 666/22.X-19.XI.1267, les travaux sont conduit par l’émir Jamâl al-Dîn ibn Nahâr, et concerne le renouvellement des portes et l’exécution d’une maqsûra. Après la conquête de Yafa (le 20 jumada II 666/6.II.1268), les travaux de restauration du lieu de pèlerinage entamés en safar 666/22.X-19.XI.1267, ont probablement lieu en même temps que la réorganisation du site.

L’installation hydraulique a été restaurée ou reconstruite, des annexes de service avec cuisine (simât), moulin, four et entrepôts sont construits par l’intendant du Lieu Saint (nâzir) Aidughdî al-Ruknî (mort en shawwal 693/25.VIII-22.IX.1294).

Suite à un arrangement d’al-Mansûr Qalâ’ûn le tombeau d’Abraham/Khalil est doté d’un décor le 1 rajab 685/23.VIII.1286 ; la porte reçoit, par exemple, de nouveaux montages de cuivre et le plancher un placage de marbre en 686/1287-88.

Durant son long règne, le sultan al-Nâsir Muhammad entreprend la restauration du tombeau de Jacob/Ya’qûb en 699/1299-1300, il conduit aussi le renouvellement de l’épigraphie. En 732/1331 le sultan confie à Saif al-Dîn Tankiz, alors gouverneur de Damas, l’équipement des salles de la mosquée avec des inscrustations de marbre. A l’occasion de ces travaux une petite coupole sur quatre colonnes est construite sur l’entrée de la grotte.

Plus tard sous le sultan al-Zâhir Barqûq, l’intendant (nâzir) Shihâb al-Dîn Ahmad al-Yaghmûrî a fait séparer la partie sud-ouest de la cour avec des arcades et une partie du mur extérieur a été voûté, il a fait inséré une niche à prière, a fait ouvrir un accès au tombeau de Joseph/Yûsuf, et a rajouté une coupole par-dessus. Ces travaux semblent achevés en ramadan 796/30.VI-29.VII.1394. Un texte de waqf et un décret portent aussi la même date. Le sultan al-Ashraf Inâl fait aussi rénover l’entrée est du mur qibla en 859/1454-1455.

D'autres inscriptions mentionnent des travaux de restaurations, des textes coraniques et des décrets. Elles sont conservées dans un magasin servant à stocker l’huile (al-mazyatah) et au Musée de la ville.

 

 

 

Epigraphie

 

685/1285. Haram, texte de construction sur le battant droit de la porte al-Hadra à côté du cénotaphe d’Abraham (plan n°1)[2].

 « A ordonné la construction de cette porte au-dessus du tombeau de notre père Abraham al-Khalîl – sur lui la meilleure des bénédictions et la meilleure paix ! – notre maître le sultan al-Malik al-Mansûrr Qala’ûn al-Sâlihî, l’associé du Prince des croyants, au premier de rajab l’unique, des mois de l’année 685. Que sa victoire soit exaltée ! ».

 

 

n.d. Haram, texte de construction sur l’anneau de cuivre placé au dessus du marteau de la porte al-Hadra (plan n°2)[3].

 « A ordonné de faire cette porte bénie, pour notre père Abraham – qu’Allâh lui accorde bénédiction et paix ! – notre maître le sultan al-Malik al-Mansûr Qala’ûn al-Sâlihî ».

 

 

686/1287. Haram, texte de construction 2 lignes (151x40), sur le linteau de la porte menant à la chambre d’Abraham (plan n°3)[4].

 « A ordonné le couvrement de cette noble chambre, notre maître le sultan, son Excellence (Abû’l-Ma’alî), le glaive du monde et de la religion (Saif al-dunya wa’l-dîn), Qala’ûn le Mamluk d’al-Malik al-Sâlih – qu’Allâh glorifie ses victoires et multiplie sa récompense ! – dans l’année 686 (1287) ».

 

 

apr.693/1293. Haram, texte de construction 1 ligne (420x20) sur un petit dôme sur l'entrée de la grotte (plan n°4)[5].

« La construction de ce dôme béni a été ordonné durant les jours de notre maître le sultan al-Malik al-Nâsir Nâsir al-dunya wa'l-dîn Muhammad ibn Qala'ûn, le Mamluk d'al-Sâlih puisse sa victoire être glorifiée. Ô Allâh, toi qui sait ce qui devrait être. Renforce de Ton aide notre maître le sultan Muhammad ibn Qala'ûn ».

 

 

Fin 7e/9e. Haram, texte de fondation 5 lignes (138x43) sur la porte menant de la chambre d’Abraham et de Sarah vers la mosquée (plan n°5)[6].

 « Basmallâ. Voici ce que le rois des Musulmans – qu’Allâh le protège avec sa pitié ! – à constitué waqf, consacré, doté en permanence et fondé pour le noble sanctuaire qui entoure la tombe de notre maître al-Khalîl et les prophètes – paix sur eux ! – celui qui souhaite obtenir la faveur d’Allâh et espère son pardon, les propriétés mentionnées ci-après dans l’ensemble ; à savoir le village de Dûrâ et Kafr Burayk, et Dayr Safwân, et Khursa, et Idna et Halhûl dans leur intégralité. Et depuis le village de Tayibât al-Ism et ce qui est à l’extérieur de lui, Dayr ‘Asfîn (‘Isfîn) situé sur la côte de Qaqûn 8 quarts et 2/5 de quart de 24 lots (qîrât), la moitié du village de Zakarîya qui appartient au district de la noble Jerusalem. (La taxe de toutes ces propriétés) est consacrée aux besoins du Noble Sanctuaire, et aux salaires des personnes à son service, et aux repas gratuit (simât) et pour satisfaire ses visiteurs, et pour sa kiswa, et pour son éclairage et ses réparations et les réparations du sanctuaire de Lût (Lod) et Yûnus et al-Yaqîn – paix sur eux - et leur lumière et les salaires de ses serviteurs ; ainsi que le village   de Artâs (qui appartient) au district de Jérusalem, et le village d’al-Unqûr (sont aussi consacré) comme donation pour le Noble Sanctuaire et son ribat et son bimaristan et son bassin à ablutions. Ceci est un waqf éternel et une donation sacrée jusqu’à ce ‘’qu’Allâh hérite de la terre et tout ce qui est dessus’’ car ‘’il est le meilleur des héritiers’’. Qu’Allâh, dans sa compassion, l’accepte d’eux ». 

 

 

707/1305. Haram, texte de restauration (190x40) sur le mur qui sépare le cénotaphe de Jacob de celui de Lia (plan n°6)[7].

Texte : Jaussen (1925), n°4.

« Ce bandeau a été renouvelé aux jours de notre maître le sultan al-Malik al-Nâsir Nâsir al-dunya wal-Dîn, Muhammad fils du sultan défunt al-Mansûr Saif al-dunya wal-Dîn – que sa victoire soit assurée ! – l’an 707 (1305) ».

 

 

720/1320. Haram, texte de construction (510x32) sous le plafond du corridor séparant le mur est et la mosquée al-Jawlîya (plan n°7)[8].

 « ….Aux jours de notre maître, le sultan al-Malik al-Nâsir Nâsir al-dunya wal-Dîn (défenseur du monde et de la religion), Muhammad – qu’Allâh perpétue son règne ! – fils de notre maître le sultan défunt al-Malik al-Mansûr Qala’ûn al-Sâlihî – qu’Allâh étende sur lui sa miséricorde ! – sous l’intendance du pauvre serviteur d’Allâh, Sanjâr, fils de ‘Abdallâh al-Nâsirî, de son propre bien – qu’Allâh l’ait en sa miséricorde ! – sans avoir rien dépensé pour cette construction des bien du haram illustre. Date au mois de rabi’II l’année 720 (1320) ».

 

 

720/1320. Haram, texte de construction 4 lignes (50x40) sur la porte du corridor sud menant à la Jawlîya (plan n°8) [9].

 « Au nom d’Allâh très miséricordieux. Ce portique béni a été construit du temps …. pauvre d’Allâh ta’âla, Sanjâr fils de ‘Abdallâh….. en jumada I ».

 

 

720/1320. Haram, textes coraniques (150x33) sur la porte sud de la tombe de Joseph (plan n°10, ill.8)[10].

 « Coran XXVI, 69-87 ».

 

 

732/1332. Haram, texte de construction 4 lignes (58x31) à l’intérieur sur le mur est à l’angle sud-est (plan n°11)[11].

 « A ordonné la mise en place de ce marbre béni, aux jours de notre maître le sultan al-Malik al-Nâsir Nâsir al-dunya wal-Dîn Muhammad, fils de Qala’ûn, sur l’indication éminente, princière, al-sayfiyat, Tankiz al-Nâsirî, gouverneur des provinces illustres de Syrie – qu’Allâh lui donne en récompense le paradis ! – aux mois de l’année 732 (1332) ».

 

 

732/1332. Haram, texte de construction (675x32) encerclant les murs de la tombe d’Issac (plan n°12)[12].

 « Basmallâh, Coran XXXVII, 112. Ceci est la tombe d’Issac (Ishâq), le prophète d’Allâh, le fils de notre maître al-Khalîl, bénédiction et paix sur lui. Cela a été rénové (dans les jours de notre maître le sultan al-Malik) al-Nâsir par la sublime commande de Sayf al-Dîn (Tankiz) gouverneur des nobles provinces de la Syrie bien gardée ».

 

 

732/1332. Haram, texte de construction (585x32) encerclant les murs de la tombe de Rebecca (plan n°13)[13].

« Basmallâh, Coran XXXIII, 33. Ceci est la tombe de Ribqâh (Rebecca) la femme d’Issac le fils d’Abraham, qu’Allâh les bénisse tous les deux. Cela a été rénové au temps de notre maître, le sultan al-Malik al-Nâsir (Muhammad), puisse Allâh glorifier ses victoires, (par la sublime commande de Sayf al-Dîn (Tankiz) gouverneur des nobles provinces de la Syrie bien gardée ».

 

 

732/1332. Haram, texte de construction (50x20) conservé dans une salle du Haram (plan n°14, mazyatah)[14].

 « Basmallâh. Louanges à Allâh qui a réssuscité cet (endroit après sa destruction ?... et l’a revêtu du meilleur des vêtement et l’a habillé avec un nouvel habit de beauté en marbre (et l’a entouré…) ».

 

 

732/1332. Haram, textes coraniques entourant les murs de la chambre funéraire d'Abraham (plan n°15)[15].

 « Coran II, 124-125 ; XVI, 120-123 ; IV, 125-126 ».

 

 

mi 8e/14e. Haram, divers fragments de textes coraniques (plan n°9)[16].

 « Coran I, 1-5 ; II, 124-126, 132, 286 ; XXIX, 45 ; XXXIII, 22, 24, 44, 48 ; XLIX, 21 ; XVII, 78, 80 ; XVI, 120-121 ; IX, 18 ; XXIV, 36-38 ; XXXVII, 93-94, 95-96 ; XXVI, 74-76, 73-74 ; IX, 18 ; XXIV, 36 ; III, 174 ; IX, 21 ; XXXV, 29, 31, 34 ; XXXVI, 8, 83 ; X, 10 ; III, 68, 171-174 ; IX, 21 ; III, 194-195 ».

 

 

789/1387. Haram, texte de construction (27x33) conservé dans une salle (plan n°16, mazyatah)[17].

« (Basmallâh…. Durant le gouvernement de sa Très Noble Excellence ‘Alâ al-Dîn Altunbugha al-Jûbânî, le gouverneur de la province de Damas, la bien gardé), puisse Allâh glorifier ses victoires. Sous la supervision de l’esclave avide d’Allâh, l’Exalté, Sa Haute Excellence magistrale Nâsir al-Dîn Muhammad le fils de son Excellence le dernier Sayf al-Dîn Bahadûr (al-Fakhrî, le Mamluk d’al-Malik al-Zâhir Barqûq le gouverneur de Jérusalem) et intendant des deux nobles sanctuaires (de Jérusalem et Hébron) puisse Allâh glorifier ses victoires, durant les jours de notre maître le sultan al-Malik al-Zâhir Abû Sa’îd Barqûq puisse Allâh éterniser son règne, à la date du …789 (1387) ».

 

 

796/1394. Haram, texte de waqf 5 lignes (215x154) sur le linteau de Bâb al-Ishâqîya (plan n°17)[18].

 « Basmallâh. C’est ce qui a été doté d’une fondation, et limité et consacré, désirant la récompense (divine) et souhaitant de recevoir ce qu’Allâh réserve pour le Jour du Jugement Dernier, quand Allâh recompensera les charitables (Coran IX, 120), notre maître le sultan, le dirigeant, al-Malik al-Zâhir Sayf al-dunya wa’l-dîn, le sultan de l’Islam et des Musulmans, le restaurateur de la justice dans le monde, le propriétaire des routes des deux qibla, le serviteur des deux nobles sanctuaires (La Mecques et Médine), le maître des rois et des sultans, le partenaire du commandant de la Foi Abû Sa’îd Barqûq le fils du martyr béni Sharaf al-dunya wa’l-dîn Abû’l-Ma’alî Anas, puisse Allâh éterniser son règne (Barqûq) et accorder la victoire à ses troupes et à ses armées et ses alliés, et grâce à sa générosité et sa piété et sa droiture de déborder et d’engloutir tout le monde. (Il a établi cette fondation) avec des intentions pures et justes, et une recherche consciencieuse de la bonne action. Et il (le waqf) comprend le village connu comme Dayr Istîya, se rapportant au sous-district de la (bien gardée) populeuse Nâbulus, (dont l’impôt est) pour le simât béni dans le noble sanctuaire, le sanctuaire de notre maître al-Khalîl, bénédiction et paix sur lui, consacré uniquement pour ce qui est nécessaire à l’approvisionnement des repas sus-dit, nomément la farine et les lentilles et l’huile et stipulant que pas même un dirham de cet impôt de waqf ne soit dépensé pour autre chose, après l’annulation de ce qui a été réglé avec le village sus-dit, payé les titulaires de la charge et les autres choses qui ont été payé pour le village.

Ceci est, dans sa totalité, un waqf illustre authentique et légal, éternel, perpétuel à travers le passage des mois, des jours et des années et des âges ; la répétition et la récurrence ne le changeront pas, et l’altérnance des jours et des nuits ne s’y substitueront pas. (Coran II, 181, 177). Il est conforme avec le noble décret (du sultan) qui est arrivé des mains de son Excellence Sayf al-Dîn Yalbugha al-Sâlimî al-Khâsikî(!) le mamluk d’al-Zâhir (Barqûq) adressé à son Excellence Sayf al-Dîn Jantamur le mamluk d’al-Zâhir (Barqûq) l’inspecteur des deux Nobles Sanctuaires, puisse leurs victoires être glorifiées, et puisse Allâh bénir notre maître Muhammad. Ceci est daté du 17 rabi’I 796 (20.I.1394) ».

 

 

796/1394. Haram, décret 7 lignes (85x40) dans un couloir au sud-est du portique ouest (plan n°18, ill.11)[19].

« Basmallâh. (L’inscription sur) cette plaque a été faite durant les jours de notre maître le sultan al-Malik al-Zâhir Barqûq, puisse Allâh éterniser son règne, sur l’ordre de sa haute Excellence, Shihâb al-Dîn Ahmad al-Yaghmûrî, le mamluk d’al-Malik al-Zâhir (Barqûq), le gouverneur de Jérusalem et du Sanctuaire d’al-Khalîl, paix sur lui, et l’inspecteur des deux nobles sanctuaires (à Jérusalem et Hébron), puisse Allâh glorifier ses victoires. Il est arrivé dans la ville de Hébron et a démontré la justice. Il a aboli la taxe d’arrivée (qudûm) que l’ancien gouverneur avait imposé au pays, dont le montant était de 1000 dirham, ainsi que le taxe d’arrivée de 1000 dirham que les autres officiels (al-khuddâm) de la cité d’al-Khalîl, paix sur lui, collectaient aussi. Il a aussi aboli celles (les taxes) qui étaient imposés sur les pots à cuire (qudûr) et le bois pour le feux (hatab) et la taxe qui était collectée sur les Chrétiens et les Juifs, et il a mis entièrement fin au pression du vin à cause de sa nuisance(?) puisse Allâh glorifier ses victoires. Il a proclamé Dieu par la justice et l’équité, déracinant l’oppression et les actes innovateurs de tyrannie, pour que personne n’opprime l’autre et qu’aucun des fermiers ne soit trompés et inquiétés par être un jour imposé d’un certain montant qui doublerait par la suite. Et rien d’autre (doit être exigé) du reste de la population pour notre maître le sultan al-Malik al-Zâhir puisse Allâh l’Exalté, éterniser son règne et sultanat….(dans) ….. le mois de sha’ban 796 (début : 31.V.1394) ».

 

 

802/1399. Haram, texte de construction 2 lignes (140x20) sur la porte nord, Bâb Yûsuf (plan n°19)[20].

 « Basmallâh. A ordonné l’ouverture de la porte de notre maître Yûsuf, le prophète d’Allâh ; puisse Allâh le bénir et lui donner la paix, après qu’elle ait été bloqué et abandonné, a ordonné le retour à son état d’origine et ouvert Sa Noble Excellence, l’illustre Shihâb al-Dîn al-Jurjanî, le gouverneur du sultanat exalté et l’inspecteur des deux nobles sanctuaires puisse sa victoire être glorifiée. Le 10 rabi’I 802 (10.XI.1399) ».

 

 

859/1454. Haram, texte du Coran sur 2 bandes de cuivre de Bâb al-Ishaqîya au tombeau de Sarah (plan n°20)[21].

« Coran, XXXIX, 73-74 ; XLVIII, 1-3 ».

 

 

859/1454. Haram, texte de restauration sur la porte côté du tombeau de Sarah (plan n°21)[22].

 « A renouvelé cette porte bénie notre maître le sultan al-Malik al-Ashraf Inâl – qu’Allâh prolonge son règne ! – et cela sous la direction de Son Excellence magnanime l’inspecteur des deux harams illustres ; et cela en l’année 859 (1454) ».

 

 

861/1456. Texte de construction, 6 lignes (60x36), conservée dans une salle (n° 22, mazyatah)[23].

« Basmallâh. Coran XXX, 50. Ce canal béni a été restauré, depuis sa source jusqu’au sanctuaire de notre maître al-Khalîl, paix sur lui, dans le but de servir le noble simât Hébronite, et les étables nobles, dans les jours de notre maître le sultan al-Malik al-Ashraf Abû al-Nasr Inâl, puisse Allâh éterniser son régne. Cela (a été achevé) sous la supervision de la plus illustre Excellence ‘Izz al-Dîn al-‘Iraqî l’inspecteur des deux nobles sanctuaires, puisse Allâh glorifier ses victoires, le 25 du mois de rajab ‘l’unique’ 861 (17.VI.1457) ».

 

 

865/1461. Haram, texte coranique sur le mihrâb (plan n°23)[24].

« Coran II, 144 ».

 

 

881/1476. Décret, 4 lignes (64x50) anciennement sur la porte est (plan n°24 au Musée de Hébron)[25].

« Basmallâh. A décrété notre seigneur, le sultan régnant al-Malik al-Ashraf Abû’l-Nasr Qaitbay, puisse sa victoire être glorifiée, l’abolissement des taxes injustes sur la montagne de la Noble Jérusalem et la montagne d’al-Khalîl, paix sur lui, à savoir l’iqâmâ et les droits de douane appellé tu’ma et les autres (levées), imposés sur les marchandises importées à la cité de notre maître al-Khalîl. Et cela ni l’inspecteur des marchés (muhtasib) ni quelqu’autres (fonctionnaires) de la cité d’al-Khalîl ne s’y opposeront. Le 19 muharram 881 (14.V.1476) ».

 

 

881/1476. Installations domestiques, texte de construction 3 lignes (100x29) conservé dans une salle (plan n°25, mazyatah)[26].

 « Basmallâh. A initié la reconstruction de ces honorables magasins incluant le hall et l’honorable boulangerie, et la porte de l’honorable magasin Khalîlî, bénédiction et apix sur leur patron, pendant les jours de notre maître le sultan al-Malik al-Ashraf Qaitbay, puisse Allâh éterniser son règne sous la supervision de Sa plus noble Excellence, Nâsir al-Dîn l’inspecteur des deux nobles sanctuaires, puisse Allâh l’assiter au nouveau jour de l’année 881 (26.IV.1476) ».

 

 

n.d. Haram, 7 lignes (60x39) sur le pilier à droite de la porte donnant accès au Haram (plan n°26)[27].

 « Au sanctuaire de l’ancêtre des prophètes appartient une dignité au-dessus de laquelle n’existe aucune dignité pour ceux qui s’élèvent.

L’a visité le walî de Damas, le gouverneur de notre région en un pèlerinage qui mérite le pardon.

As-Sayyd al-Jatahjî ( ?) Abdallâh Muysir al-hajj par qui les temps sont heureux.

Et pour obtenir la faveur, il voulut construire et voûter deux iwans : ce fut bien.

Et par son ordre, la construction fut surveillée par ‘Abd al-Latif, surintendant de Jérusalem : que la Miséricorde le récompense !

Les marques du succès constituent son acceptation même ; écris une date au singulier : ceci, un argument.

En conséquence, les signes de l’acceptation sont manifestes, et la démonstration est éclatante ».

 

 

 

Biblio complémentaire

Pringle (1993), p.223-239

MWNF (2004), p.202-204

Petersen (2004b), p.359-382

Kenney (2006), p.175-200

Mols (2006), n°4

Kenney (2009), p.139-151

Sharon (2013)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ plan et localisation des inscrptions Mamluk

2/ le Haram vue du sud-ouest

3/ le Haram vue du sud-ouest

4/ façade ouest du Haram

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5/ façade sud du Haram

6/ le tombeau de Joseph sur le mur ouest

7/ porte sud du tombeau de Joseph

8/ l'inscription de construction datée

 

 

 

 

 

 

 

 

9/ le minaret nord-ouest

10/ le minaret sud-est

11/ inscription

 

 

 

 

Documents anciens, récits

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue du Haram

Source : Bartlett (1847)

Relevé du Haram

Source : Pierotti (1864)

 

 

Menu précédent

 

 

 



[1] Voir les résultats, in Vincent/Mackay/Abel (1923) 

[2] Texte d’après Jaussen (1925), n°2.

[3] Texte d’après Jaussen (1925), n°3.

[4] Texte d’après Sharon (2013), n°15.

[5] Texte d'après Sharon (2013), n°16.

[6] Texte d’après Sharon (2013), n°17.

[7] Texte d’après Jaussen (1925), n°4.

[8] Texte d’après Jaussen (1925), n°5.

[9] Texte d’après Jaussen (1925), n°6.

[10] Texte d’après Sharon (2013), n°32.

[11] Texte d’après Jaussen (1925), n°7.

[12] Texte d’après Sharon (2013), n°39.

[13] Texte d’après Sharon (2013), n°40.

[14] Texte d’après Sharon (2013), n°41.

[15] Texte d’après Sharon (2013), n°42.

[16] Texte d’après Sharon (2013), n°29.

[17] Texte d’après Sharon (2013), n°46.

[18] Texte d’après Sharon (2013), n°47.

[19] Texte d’après Sharon (2013), n°48.

[20] Texte d’après Sharon (2013), n°50.

[21] Texte d’après Sharon (2013), n°52.

[22] Texte d’après Jaussen (1925), n°28.

[23] Texte d’après Sharon (2013), n°55.

[24] Texte d’après Sharon (2013), n°56.

[25] Texte d’après Sharon (2013), n°58.

[26] Texte d’après Sharon (2013), n°59

[27] Texte d’après Jaussen (1925), n°9.