Meçan kapesi (889/1484)

 

 

 

Localisation : front nord-est de l’enceinte de la ville.

 

 

Réf :

Devonshire (1922), p.1-43

Meinecke (1992), 42/142

 

Durukan (1999), n°35

Oppenheim/Berchem (1913), n°130

 

 

 

Historique

 

Aujourd’hui il ne reste qu’une partie de la porte qui commandait le front nord-est de l’enceinte (ill.1) : la partie droite avec son accès (ill.3, 4), le mur reliant les deux blocs de la porte (ill.7) et la façade de la partie gauche (ill.8). On trouve des fentes de tir et une niche à archère côté intra-muros (ill.5).

Meçan Kapesi porte un long bandeau daté vers 889/1484 au nom du sultan Qaitbay (ill.6, 9).

 

 

Epigraphie

 

889/1484. Bandeau inscrit sur la façade de la porte Meçan Kapesi[1]

« Sous le nom de Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. C’est fait, en vertu du pouvoir règnant de Yûnus al-Sharafî - puisse Allâh lui pardonner ses péchés, sous l’autorité du seigneur suprême du sultanat d’al-Malik, sultan de l’Islam et des Musulmans, le protecteur de la justice dans le monde, esclave avec la Qibla à La Mecque et de Médine, pèlerin en partant à la maison de Dieu (à la Kaaba), belle épée d’Allâh, notre maître le sultan, al-Malik al-Ashraf Qaitbây ordonné père des victoires. La réalisation de ce lieu a eu lieu dans les dix derniers jours de l’année huit cents quatre-vingt neuf ».

 

 

 

Biblio complémentaire :

Kurkçüoglu (1996)

Durukan (1999)

Durukan (2004)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ Plan de Meçan Kapesi

 

 

2/ vue intra-muros de la porte, face ouest

 

3/ vue intra-muros de la porte, face nord

4/ vue du corridor d’accès, côté intra-muros

5/ niche à archère de la face ouest, côté ville

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6/ vue de l’entrée, côté extra-muros

7/ courtine reliant les deux parties de la porte, côté extra-muros

 

8/ face nord du bloc gauche de la porte, avec une fente de tir

9/ détail du bandeau inscrit sur la face nord du bloc gauche

 

 

 

 

Documents anciens, récits

 

 

 

Menu précédent

 

 

 

 

 



[1] Traduction approximative d’après le texte de Durukan (1998), n°35.